Atelier Mon enseignement source de développement durable 2014

Les participants de l'atelier 2014 lors d'une activité de fin de journée

Des nouvelles de l'édition 2014

Les participants ont été conviés à expérimenter différentes approches pédagogiques et d’animation de groupe en vue d’effectuer des changements dans leur propre enseignement. À cet effet, mentionnons la méthode des cas, à partir d’un cas monté sur l’exploration et l’exploitation du pétrole à Anticosti, de même que le forum ouvert lors duquel les participants ont expressément choisi les thèmes des discussions. Une partie important de l’atelier a également été consacrée à l’apprentissage expérientiel à partir du témoignage vidéo de Marc Olivier, chargé de cours au Centre universitaire en environnement et développement durable de l’Université de Sherbrooke, qui collabore avec l’entreprise d’économie sociale EstrieAide. Avec le support de Simon Bolduc, coordonnateur du Programme d’apprentissage expérientiel par l’intervention communautaire, et de Claude Belleau, directeur-général d’EstrieAide, les participants ont été invités à imaginer comment amener leurs étudiants à travailler sur un besoin de cet organisme ou de tout autre organisme dans leur milieu.

Un sous-groupe en discussion lors du forum ouvert

Les objectifs

Se positionner comme enseignant à l’égard du développement durable et de l’éducation au développement durable.

  • Clarifier sa conception du développement durable en lien avec son enseignement.
  • Expliciter ses valeurs pour éclairer les changements pédagogiques liés à l’intégration du développement durable.

Adapter ses pratiques d’enseignement pour l’intégration du développement durable à son enseignement.

  • Relier des enjeux de développement durable à sa pratique enseignante.
  • Formuler des objectifs d’apprentissage en éducation au développement durable.
  • Déterminer des moyens d’évaluer ces objectifs d’apprentissage.
  • Identifier les ressources accessibles pour passer à l’action en éducation au développement durable.

Déroulement sommaire

La méthode des cas, l’apprentissage expérientiel (formation par le service à la collectivité) et l’échange de pratiques sont particulièrement à l’avant-plan de cette troisième édition.

La première journée est davantage alignée sur le 1er objectif : Se positionner comme enseignant à l’égard du développement durable et de l’éducation au développement durable.

Parmi les activités et thématiques de la première journée :

  • Le DD et l’EDD vus à partir d’enjeu d’actualité en DD : Expérimenter des approches pédagogiques pour la clarification de sa conception du DD/EDD et comme outils pour l’intégration du DD à sa pratique enseignante. 
  • Utilisation du milieu environnant (placed-based pedagogy).

La deuxième journée est davantage alignée sur le 2e objectif : Adapter ses pratiques d’enseignement pour l’intégration du développement durable à son enseignement.

Parmi les activités et thématiques de la deuxième journée :

  • Comment utiliser la formation par le service à la collectivité.
  • Partage d’outils et de ressources pour intégrer le développement durable à un cours.
  • Développer des objectifs d’apprentissage ou des énoncés de compétences et les évaluer.

Comme l’an dernier, les enseignants étaient invités à se présenter avec leur plan de cours de façon à concrètement travailler sur un cours dans lequel ils souhaitent intégrer le développement durable.

Un atelier écoresponsable, évidemment

Grâce à l'engagement des participants et à la précieuse collaboration de l'équipe de Jouvence, les résultats des mesures d’écoresponsabilité de cette troisième édition sont particulièrement positifs :

  • 84 % des matières résiduelles ont été détournées de l’enfouissement;
  • 114 g de déchets finaux produits par personne par jour (contre 256 g en 2013!)
  • 0,679 tonne de CO2 ont été générés par les déplacements liés à l’atelier et ont été compensés grâce à une plantation (voir lien au bas de la page);
  • 329 km ou 9 % du kilométrage effectué par les participants et le comité ont été parcouru à vélo par 4 membres du comité organisateur et un participant;
  • 61,7 % du coût total des ingrédients de la nourriture et des boissons ont été produits dans un rayon de moins de 500 km (50% provenaient de l’Estrie);
  • 24,8 % du coût total des ingrédients de la nourriture et des boissons étaient certifiés biologiques.

Consulter le bilan complet d'écoresponsabilité

Personnes ressources

Véronique Bisaillon, conseillère en éducation au développement durable

Conseillère en éducation au développement durable pour le PACTE 2D, elle élabore et anime plusieurs activités en lien avec l’éducation au développement durable depuis les quatre dernières années. Formée en écologie, ellea étudié le développement durable en lien avec le commerce équitable dans le cadre de son mémoire de maîtrise. Elle a auparavant été responsable des communications pour un organisme de conservation et coordonnatrice de la Chaire de responsabilité sociale et de développement durable de l’École des sciences de la gestion de l’UQÀM.

Ben Amor, professeur en développement durable et en analyse du cycle de vie, Faculté de génie, Université de Sherbrooke

Professeur adjoint au département  de génie civil de l’université de Sherbrooke (UdeS) avec des tâches de recherche et d’enseignement en développement durable et en Analyse du Cycle de Vie (ACV). Depuis 2013, Ben dirige également des étudiants aux deuxième et troisième cycle en ACV , incluant son application dans le secteur du bâtiment, des matériaux et de l’énergie, et participe à plusieurs comités scientifiques national et international, comme celui de la UNEP/SETAC life cycle initiative. Doctorant de l’École Polytechnique de Montréal en génie chimique (CIRAIG), Ben a également poursuivi ses travaux de recherches postdoctorales à HEC Montréal, au service de l’enseignement des méthodes quantitatives de gestion (MQG).

Claude Belleau, directeur général d'EstrieAide

Originaire de Sherbrooke, Claude Belleau a fait ses études à l’Université Bishop’s puis à l’Université d’Ottawa. De 1987 à 2004, il a travaillé pour l’Organisation des Nations Unies en Afrique, en Asie, à New York et à Genève. Depuis son retour à Sherbrooke, il a été intervenant communautaire pour l’accueil de réfugiés et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke. Il est à la direction générale d’Estrie Aide, une entreprise d’économie sociale, depuis janvier 2013.

Simon Bolduc, coordonnateur du Programme d’apprentissage expérientiel par l’intervention communautaire (PAEIC) de l’Université de Sherbrooke

Depuis 2006, Simon Bolduc coordonne le Programme d’apprentissage expérientiel par l’intervention communautaire (PAEIC) de l’Université de Sherbrooke. Grâce à cette expérience, il a pu consolider une expertise au niveau de l’apprentissage par le service à la collectivité (ASC) comme outil de formation et de développement d’une citoyenneté active chez les étudiantes et étudiants, ainsi que comme approche engageant la communauté universitaire dans le développement des communautés locales.

Marc Boutet, professeur à la faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke

Monsieur Boutet a débuté sa carrière en éducation à titre d’enseignant au primaire dans la région de Québec pendant 10 ans avant de poursuivre des études de doctorat (Ph.D.) à l’Université Laval. Sa thèse portait sur la formation des enseignants en didactique de l’éducation relative à l’environnement (2000). Il est actuellement professeur titulaire au Département d’enseignement au préscolaire et au primaire de la Faculté d’éducation de l'Université de Sherbrooke.Il est chercheur associé au CRIFPE (Centre de recherche sur la formation et la profession enseignantes), au CRIÉSÉ (Centre de recherche sur l’intervention éducative et socioéducative) ainsi qu’au CREAS (Centre de recherche sur l’enseignement et l’apprentissage des sciences). Il est également membre de l’IRPÉ (Institut de recherche sur les pratiques éducatives) et président de l’AFORME (Association pour la formation à l’enseignement).

Bénédicte Thérien, chargée de cours au Centre Universitaire de Formation en Environnement et développement durable (CUFE)

Bénédicte est chargée de cours au Centre universitaire de formation en environnement CUFE (1er et 2e cycle) et a été pendant près de 10 ans la coordonnatrice des programmes de 2e cycle en environnement offerts à Sherbrooke par le CUFE. Auparavant, elle a œuvré dans l'industrie de l'environnement et occupé diverses fonctions en tant que gestionnaire de projets en réhabilitation des sols contaminés, puis comme directrice de projets en Amérique du Sud  pour terminer par la direction de deux centres de compostage et de valorisation de matières résiduelles fertilisantes. Depuis 2012, elle est conseillère à l'Agence des relations internationales de l'Université de Sherbrooke.

Elle a débuté un doctorat à l'automne 2012 à l’Université de Montréal. Son projet de recherche vise à étudier les facteurs influençant l'adoption de comportements et de styles de vie plus environnementaux visant une meilleure intégration de la hiérarchie des 3RV (Réduction à la source, Réemploi, Recyclage et Valorisation par le compostage) au quotidien.